Articles

Candide, des jardins et au milieu: une école

Concours d'architecture et d'espaces publics pour l'école de Chandieu, Genève

2011, 2e Prix





Avec Lopez & Périnet-Marquet architectes


Chandieu continue à raconter sa propre histoire: d’abord terre de champs agricoles, puis lopins familiaux et ouvriers, il devient jardins publics et campus scolaire, avec des jardins à goûter (beaucoup): fraises, cassis, framboises, groseilles, réglisse, menthe, rhubarbe ; qui piquent (un peu): orties, ronces, mûres, pour se cacher (parfois): petits bois de noisetiers, de sureaux ; à crapules: clématites à bois fumant, gratte-cul...

• pour optimiser l’utilisation du sol, de l’eau et de la lumière, pour rationaliser le travail, le jardinier implante les jardins parallèles aux lignes de niveau, dans la logique du terrain

• pour relier le jardin à la ville, prolonger, compléter, densifier la végétation existante – alignements de rue, arbres de parcs; planter dans les jardins des fruitiers haute-tige et en cépées (noisetiers, cerisiers)

• pour gérer durablement l'eau, dessiner le jardin avec la trame des rigoles qui recueillent l’eau, la filtrent et l’infiltrent dans les jardins

• pour stimuler la trame régulière des jardins, les bâtimets de l’école s’y inscrivent à la manière de trois folies